Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

05/06/2009

Enterrés

Buried

Premier documentaire de Wang Libo, né en 1973. Il revient sur le tremblement de terre du Tangshan du 27 juillet 1976, qui a fait plus de 240.000 victimes, dont 7 à 10.000 mineurs sous terre. « Buried » s’appuie sur des publications récentes, des archives et des entretiens face caméra avec des chercheurs et témoins courageux dont on a « enterré » les rapports et avertissements. Toutes leurs mesures sismiques prises scientifiquement dans le pays au cours des mois qui ont précédé le tremblement de terre, aussi précises que convergentes, annonçaient clairement la catastrophe : son amplitude sur l’échelle de Richter, sa location dans le temps et l’espace. Aucune mesure préventive n’a cependant été prise. Sauf dans un village, à l’initiative d’un habitant-chercheur, où l’on n’a déploré aucune victime : les villageois ont tenu commerce et ont vécu sous tente pendant les jours où l’on prédisait la catastrophe. La solution était donc toute simple.

Buried2.jpg
Les commerces sous tente
Buried1.JPG

Le nom des victimes sur un immense monument

Wang Libo maîtrise ses moyens. Son documentaire en noir et blanc débute par des photographies d’époque et des images des vestiges toujours visibles, soutenues par une musique de Bobby McFerrin (ou dans le genre, le générique manquait de précision à ce sujet). Suit une exploration de documents d’archives, autant de preuves écrites, filmées de manière convaincante, et commentées par leurs auteurs. Après l’exposé (le réquisitoire?) intervient un moment de rupture : des images en couleurs, soutenues par la même musique qu’en ouverture, montrent les corps des victimes du tremblement de terre de 2008 au Sichuan. Comme si l’histoire s’était répétée. Dans les conclusions en noir et blanc, un scientifique s’interroge : la protection de la population n’est-elle pas la première mesure garantissant le développement d’une nation ? Le film se clôt en couleurs par des images d’un drapeau chinois flottant au vent.

Dimanche dernier, nous sommes allés écouter les choeurs imprivisés dans le parc qui surplombe la Cité interdite, la Montagne au Charbon. J'ai repensé aux mineurs enfouis en écoutant un chant très émouvant.

A bientôt,

Vincent

06:08 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma, pékin, chine, culture

Les commentaires sont fermés.